Le SRI qu’est-ce que c’est ?

publié le 4 mars 2021 (modifié le 18 mai 2022)

PRÉSENTATION

LE SMART READINESS INDICATOR (SRI), L’INDICATEUR DE POTENTIEL D’INTELLIGENCE DES BATIMENTS

L’immeuble qui accueille vos bureaux est-il suffisamment intelligent et peut-il le devenir encore plus ?

On se pose rarement la question de cette façon. Les propriétaires ou gestionnaires de bâtiments s’interrogent davantage sur la possibilité du bâtiment et de ses équipements d’optimiser la consommation d’énergie et donc d’accroître sa flexibilité en termes d’approvisionnement en énergie, tout en garantissant un confort minimum à ses occupants (chaleur l’hiver et fraîcheur l’été notamment).

C’est ce qu’a vocation à mesurer l’indicateur SRI. Le potentiel d’intelligence des bâtiments sera ainsi mesuré selon trois axes fonctionnels : l’économie d’énergie, la flexibilité énergétique et le confort des occupants.

COMMENT ?

Ces axes d’évaluation sont composés de sept domaines (efficacité énergétique, maintenance et prédiction de défauts, confort, pratique, bien-être & santé, information à l’occupant, flexibilité énergétique). Ces domaines permettent d’évaluer neufs services (le chauffage, le refroidissement, l’eau chaude sanitaire, la ventilation, l’éclairage, l’enveloppe dynamique du bâtiment, l’électricité, la recharge des véhicules électriques et le suivi et le contrôle.

Ainsi, chaque service évalué constitue une partie du résultat déterminant l’intelligence du bâtiment, ceci par rapport à un potentiel maximal défini à travers les soixante-trois points d’évaluation (7 domaines x 9 services). L’indicateur sera exprimé par un pourcentage.

L’ensemble de ces services a été défini lors de travaux européens conduits en 2019, regroupant les États membres volontaires pour des tests préliminaires, eux-mêmes conseillés et soutenus par des entreprises. Ils figurent dans un catalogue, certains sont optionnels, notamment les domaines de l’interopérabilité et de la cyber sécurité.

Ces services composant le catalogue SRI ont été choisis parce qu’ils sont représentatifs des avancées technologiques dont bénéficie ou peut bénéficier un établissement ou un logement pour adapter, par exemple, sa consommation énergétique aux configurations qui lui sont propres et à sa destination (écoles, hôpitaux, bureaux).

QUI ?

Pour cette première phase de test, le ministère du logement propose aux professionnels de l’audit de prendre part à l’expérimentation et à l’évaluation de bâtiments. Les diagnostiqueurs énergétiques, les inspecteurs de systèmes de chauffage et de refroidissement ou encore les auditeurs énergétiques font partie des professionnels de l’audit mentionnés par la Commission européenne dans son acte délégué. Les professionnels auront une formalité assez simple d’enregistrement et de validation par le ministère du logement, leurs qualifications actuelles étant requises pour pouvoir réaliser l’évaluation du SRI. Cet indicateur peut être perçu comme une continuité du dispositif issu de la directive relative à la performance énergétique des bâtiments (DPEB) imposant des systèmes de contrôle centralisé pour certains bâtiments et qui a conduit à l’adoption du décret n° 2020-887 du 20 juillet 2020 relatif au système d’automatisation et de contrôle des bâtiments. Une évaluation SRI sera particulièrement pertinente à réaliser sur ces bâtiments.

Les professionnels qui le souhaitent pourront proposer un ou plusieurs bâtiments à évaluer.

La phase de test SRI est ouverte à tout type de bâtiment : « résidentiel » ou « non résidentiel ». Deux méthodes d’évaluation ont été développées, l’une, adaptée à l’évaluation d’un bâtiment résidentiel, une maison individuelle ou d’un logement collectif, un bâtiment résidentiel et, l’autre, correspondant à des bâtiments non résidentiels, des bureaux, locaux d’enseignements ou de santé, notamment. A noter que les critères d’évaluation du potentiel d’intelligence des bâtiments sont plus complets dans la méthode destinée aux bâtiments non résidentiels, c’est donc principalement cet usage qui est ciblé dans la phase de test.

L’ensemble des données recueillies concernant les bâtiments évalués fera l’objet d’une collecte, d’un traitement et d’une synthèse pour réaliser un bilan de la période d’expérimentation d’une part, et, d’autre part, afin de respecter l’engagement du ministère du logement auprès de la Commission européenne dans le cadre de cette phase de test.

QUEL RETOUR ?

Les professionnels qui auront été validés par le ministère du logement pour cette phase de test pourront faire établir un certificat au propriétaire qui a requis ou accepté l’évaluation SRI. Ce certificat a un format officiel, délivré par le ministère du logement, et a été défini par la Commission européenne. Il a été légèrement adapté pour le marché français. Il contiendra un maximum d’informations permettant d’avoir une lecture pédagogique du résultat.

QUAND ?

La phase de test est en cours de préparation.

Elle débutera au second trimestre 2022. En amont, nous invitons les professionnels de l’audit à s’informer sur ce sujet. Les professionnels volontaires pour participer à l’expérimentation du SRI en France devront s’inscrire et produire les justificatifs nécessaires.

Pour plus d’informations [lien procédure de validation des professionnels + lien formation]